Historique des Langues

A l’époque des celtes, Les Suisses se joignirent aux Allemands vers la fin du second siècle, sous l’Empereur Marc -Aurèle. Dans le troisième et le quatrième, ils en furent séparés par les Romains; mais ils ne demeurèrent pas longtemps dans cet état. Les Bourguignons ne tardèrent pas à soumettre une grande partie de l’Helvétie, qui resta sous leur domination, tandis que l’autre partie était sujette aux Allemands. Les Romains commençaient à n’avoir plus aucune espèce d’influence en Suisse.

La guerre avait dépeuplé la partie septentrionale de l’Helvétie; Gratien forma en 375 le projet de repeupler ce désert : il y conduisit une nation d’Allamans, faite prisonnière de guerre dans les Gaules. Il lui assigna des terres, et la fixa dans cette contrée. Ces Allamans restèrent dans l’Helvétie septentrionale (nord); leur nombre s’augmenta par de nouvelles colonies, qui s’étendirent jusqu’à Morat et Fribourg. C’est pourquoi une partie de ces villes parle Allemand, et l’autre parle Français ; elles servent de ligne de démarcation entre les deux langues. Le Christianisme commença à se répandre dans le quatrième siècle ; il y avait déjà quelques Chrétiens en Helvétie l’an 398- Les premiers missionnaires étaient venus de Lyon. Après avoir prêché l’Evangile dans le Pays-de-Vaud , ils allèrent dans les autres Cantons: mais l’an 410, les Goths, les Vandales et les Bourguignons s’étant emparé des deux Bourgognes , du Pays-de–Vaud et du comté de Neuchâtel , ils y rétablirent le paganisme.

Les anciens romains: ils ont enrichi notre patois de plusieurs mots qui sont mêlés avec l’ancienne langue celtique, le celte se parle mais ne s’écrit pas. Le mot Ségno est du nombre: il vient de senior, seigneur ; qui veut dire le plus âgé et le plus prudent. Ségno dans quelques endroits de la Suisse romande, signifie père, parce qu’autrefois les enfants considéraient leur père comme leur Seigneur. En Angleterre, ce respect allait si loin, que les enfants servaient leur père à genoux. On trouve aussi dans le même patois plusieurs mots italiens. Des Évêques de cette nation étant venus occuper le siège de Lausanne, avaient amené avec eux des colonies qui se sont fixées dans la Suisse romande. Le village de la Chiesa, dans la paroisse de Blonay, leur doit sa fondation. Malgré un grand nombre de mots italiens, bourguignons, français et allemands ; nous avons vu que la langue celtique domine encore dans le Canton de Vaud , tandis qu’elle a disparu de la Suisse septentrionale. Ce qui prouve que le Canton de Vaud ne fut jamais abandonné ni entièrement dévasté. Après les ravages de différentes guerres, la Suisse allemande fut repeuplée d’un mélange de colonies de plusieurs peuples du nord : mais les Vaudois ayant conservé leur langage comme les vrais Helvétiens.

Lien vers le Patois vaudois

 

Vous apprécierez aussi